« Hendrix et Händel ont cohabité dans l’espace-temps ! | Accueil | L'image du mois de mars »

25/03/2016

Commentaires

jean-paul

Voilà qui donne vraiment envie de lire cet ouvrage d’Henriette Walter ! Présenter les « emprunts » du français à l’anglais (et vice versa) comme une histoire d’amour est une bien belle métaphore en effet. Comme vous le soulignez, ces allers-retours de certains mots entre les deux langues, l’évolution de leurs sens respectifs, leur déformation aussi, tout cela est vraiment passionnant. La langue est le fondement même de la culture de chaque pays, elle est le ciment qui lie ses citoyens. Elle se doit de préserver sa spécificité et sa richesse.

Elsa Wack

Je suis traductrice-jurée et j'ai déjà rencontré cette devise "honi soit qui mal y pense" dans des armoiries figurant sur des actes officiels. Je suis bien contente de connaître maintenant son origine.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

nos correspondants staff photos

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Goldberg-and-Leclercql
Jean LECLERCQ et Jonathan GOLDBERG
Jonathan Goldberg
Jean Leclercq

septembre 2018

dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30