"Nous espérons que cela ouvrira un moyen facile pour les personnes qui utilisent la langue des signes de communiquer directement avec les non-signataires, sans avoir besoin de quelqu'un d'autre pour traduire pour eux” explique Jun Chen, chercheur principal de cette étude, au média américain. Ce système serait en outre plus léger que ceux du même genre existant déjà. Il n’est pas précisé si ce gant pourrait à terme traduire d’autres langages des signes, anglophones ou non. Ce système a toutefois reçu un accueil mitigé de la part de certains membres de la communauté des sourds aux Etats-Unis, car il ne répondrait pas, selon eux, aux préoccupations des personnes utilisant la langue des signes.

  Glove for deaf 2  

"La technologie est redondante car les personnes sourdes utilisent déjà largement des logiciels de synthèse vocale ou de traduction de texte sur leurs téléphones, ou écrivent simplement avec un stylo et du papier. Il n’y a rien de mal à utiliser ces formes de communication", assène Gabrielle Hodge du Deafness Cognition and Language Research Centre (DCAL) de l'University College de Londres. Une autre professeure interrogée voit plutôt ici “un fardeau de communication” imposé aux personnes sourdes avec cette nouvelle technologie.

Source : Capital.fr

 

Lectures supplémentaires :

Des « sourdoués » formés en langue des signes, une première

Rachel Hartig - linguiste du mois de juin 2019